Nous avons bien reçu votre message. Merci!

Surveillez vos courriels. Nous communiquerons avec vous d’ici 1 à 2 jours ouvrables.

OK

Nous avons bien reçu votre demande de démonstration. Merci!

Surveillez vos courriels. Nous communiquerons avec vous d’ici 1 à 2 jours ouvrables.

OK

Articles

Comparaison entre optimisation et simulation pour la prise de décision stratégique pour la gestion des actifs

05-Comparaison-entre-optimisation-et-simulation-pour-la-prise-de-decision-strategique-pour-la-gestion-des-actifs

Dans le cadre de la prise de décision stratégique, la différence entre les termes « optimisation » et « simulation » est souvent mal comprise. Il existe cependant une distinction claire entre les deux méthodes et chacune d’entre elles doit être utilisée de manière appropriée en fonction du type de problème à résoudre et des contraintes impliquées.

Dans le cadre de la mise en œuvre d’un processus décisionnel, les deux approches peuvent être efficaces et efficientes pour établir un plan tactique et stratégique de gestion des actifs dans des domaines aussi divers que la finance, l’énergie, les transports ou les télécommunications.

Comme chaque approche nécessite généralement l’application de technologies et d’outils différents, il est important de bien comprendre la nature du problème afin de fournir une solution qui répondra efficacement aux attentes des décideurs.

Explication de l’optimisation et de la simulation

L’optimisation est une méthode d’analyse numérique qui consiste à trouver la solution optimale, c’est-à-dire la plus efficace en termes absolus, à un problème, tout en respectant toutes les contraintes en place. Dans le cadre d’un portefeuille d’actifs, il s’agira plus souvent de maximiser ou de minimiser une fonction objective en présence de plusieurs variables (par exemple : minimiser les investissements requis pour maintenir un certain niveau de risque ou minimiser le risque en fonction de différentes contraintes opérationnelles et budgétaires).

Cette approche est donc une excellente solution pour séquencer un ensemble de projets sur une période relativement courte (d’un à trois ans, par exemple) compte tenu de toutes les contraintes (budget, effectifs, calendrier, etc.). Il est toujours possible de relancer le processus d’optimisation en cours de route afin de prendre en compte l’évolution des variables sous-jacentes (par exemple : retards dans les travaux, changement dans la quantité de ressources disponibles, nouveaux projets urgents, réallocation budgétaire, etc.) et ainsi obtenir une mise à jour du plan tactique.

Mais qu’en est-il de l’aspect stratégique et de l’impact des décisions sur les niveaux de services à court terme et sur les besoins d’investissement à long terme ?

Afin d’établir un plan d’investissement réaliste, qui répond aux objectifs à court, moyen et long terme de l’entreprise, il est important de considérer non seulement les variables connues, mais aussi toutes les variables incertaines et imprévisibles ayant un impact significatif sur les décisions stratégiques en matière de financement, de main-d’œuvre et de niveaux de services.

Plusieurs exemples simples illustrent les limites des techniques d’optimisation dans un contexte réel de gestion d’actifs :

  • Quels actifs devront être remplacés de manière imprévue en raison d’un bris ou d’une défaillance dans les prochains mois ou les prochaines années ?
  • Quels clients seront touchés par une interruption de service dans les prochains mois ou les prochaines années ?
  • Quels actifs devront faire l’objet de mesures correctives l’an prochain, dans deux ans ou dans cinq ans ?

Une approche d’optimisation serait très efficace pour réorienter les tactiques opérationnelles à la suite de l’occurrence de tels événements. Cependant, pour un gestionnaire d’actifs, la mise en place d’un plan stratégique implique de connaître l’impact de ces événements et, surtout, d’avoir la capacité de tester différentes options d’intervention afin de déterminer la meilleure politique décisionnelle en tenant compte de tous les éléments connus et inconnus.

Les avantages de la simulation dans la gestion des actifs

La simulation permet d’évaluer un grand nombre de scénarios réalistes avec de multiples solutions de rechange, en tenant compte de milliards de variables connues et inconnues, qui peuvent avoir une incidence sur les objectifs. Une simulation offre une flexibilité considérable avec un très haut niveau de réalisme, supporte mieux le processus de décision stratégique et permet à l’utilisateur de trouver le résultat avec le meilleur retour sur investissement. Bref, elle permet de déterminer les options qui sont physiquement réalisables et financièrement les plus rentables, compte tenu de l’expertise de l’entreprise.

La simulation est donc la bonne solution lorsque le problème implique un haut niveau d’incertitude, plusieurs variables aléatoires et est trop complexe à définir avec des expressions analytiques. La souplesse d’une simulation pour gérer des problèmes non déterministes convient mieux aux besoins des organisations qui cherchent à prendre de meilleures décisions d’investissement d’actifs à court, moyen et long terme.

Simulation à l’aide de la plateforme de modélisation DIREXYON

La plateforme DIREXYON combine l’analyse combinatoire stochastique, la digitalisation de politiques décisionnelles sous forme d’arbres de décision et la puissance de la simulation Monte-Carlo dans un seul outil logiciel pour soutenir la création d’un plan d’investissement stratégique reposant sur le principe des options réelles.

En simulant un grand nombre de futurs possibles, la plateforme DIREXYON produit des scénarios réalistes et évite les biais implicites, qui peuvent être causés par une approche d’optimisation déterministe où la solution optimale n’est vraie que sous des paramètres prédéfinis.

Cette solution unique et novatrice offre aux dirigeants une solution fiable et transparente pour la prise de décisions stratégiques en laquelle ils peuvent avoir confiance.

Partager :